Retour d’expérience – Pic d’Or 2012

Les tribulation d’un jeune Trio à Tarbes…

Lorsque je recevais le mail indiquant que nous étions sélectionnés pour les phases finales du Pic d’Or à Tarbes, je dois avouer que je ne me souvenais pas m’être inscrite au tremplin… N’en tirez aucune conclusion pour autant. Ma première réaction fut de décrocher mon téléphone pour joindre mes compagnons de route afin de savoir s’ils étaient disponibles et s’ils accepteraient de m’accompagner dans cette aventure. La réponse fut sans appel pour deux d’entre eux. Ils étaient avec moi (J’étais bien entendu avec eux). Me voilà donc partie avec Clarisse Catarino et Martial Bort – des mots, un accordéon, des guitares et du matos pour aller faire résonner notre musique dans le Sud.

Après presque 10 Heures de route, l’arrivée au Théâtre des Nouveautés nous a vite fait oublier la fatigue. Un accueil chaleureux et entier à l’image du séjour qui s’annonçait. Nous sommes vendredi 24 mai. Il est 14 H. Il fait chaud. Un air lourd plane à l’extérieur comme dans les loges. Les auditions ont déjà commencé depuis un moment. Je retrouve Christian Garcia, un des organisateurs (le mot est faible) avec lequel j’étais en contact depuis quelques jours. Je suis contente de faire sa connaissance. C’est drôle comme on reconnait ceux qui ont vécu des choses hors du commun. Christian est de ceux là, c’est une évidence.

L’ambiance est du genre concentrée. Quant à Clarisse et Marty, ils ont faim et ils ont soif. Comme d’habitude 🙂 Sur les bons conseils de Christian nous nous posons dans un café situé à quelques mètres du théâtre. Une cour intérieure transformée en terrasse et en terrain de boules pour les clients. Des enfants s’amusent. Une ambiance familiale. Un chien vient nous saluer. Marty commande un Ricard. Le décor est planté. Nous ferons de ce lieu hors du temps notre quartier général.

Le concours du Pic d’Or se déroule en 3 étapes. Les auditions du vendredi après-midi peuvent nous qualifier pour la demi-finale. Les demi-finales du soir peuvent nous qualifier pour la finale. Puis s’en suivrait la remise des prix qui aurait lieu le lendemain soir…

Une sensation enfouie depuis des années ressurgit des profondeurs. La sélection. Retenus, rejetés. Contents, pas contents, déçus, tristes. Ceci n’est pas un examen. Ceci est un concours. Il y a aura forcément des perdants. Et il y aura forcément des gagnants. En se préparant dans la loge pour la première étape, je sens que mes compagnons sont aussi motivés et habités que moi – L’envie de réussir, de faire bien, d’être à la hauteur de notre travail, de ne pas être descendus de Paris pour rien, l’envie de se faire plaisir. Je suis touchée par leur engagement. Ok, Chloé Laum est inscrite au Tremplin, mais c’est un groupe que nous venons défendre. Un projet commun. Une vision et des valeurs partagées. Je crois que cela crève les yeux et que tout le monde le ressent – j’en suis ravie. Ma musique sans eux ne serait qu’un concept… En jetant un dernier regard dans la glace avant de monter sur scène, je constate également que je suis toujours aussi blonde. J’espère secrètement que cela ne me portera pas préjudice dans un concours de chansons à texte…

[gn_divider top= »0″]

La scène est belle. La salle encore plus. Le jury, concentré et attentif attend sagement que nous nous préparions. Ils sont sept. Sept à s’être engagés eux aussi dans cette aventure et à donner de leur temps. Sept à défendre leur point de vue, leurs goûts, leur vision de la musique et de la qualité. Sept à défendre à leur manière la diversité musicale et la chanson française. Leur engagement se doit d’être reconnu, respecté et souligné. Et puis… La La La la… « La Rose du Vent« . Avec la pharyngite carabinée que je me traîne depuis 2 jours, je me lance dans cette chanson douloureusement. C’est drôle comme l’adrénaline peut tout transformer. Très vite je n’ai plus mal “Je t’emmènerai en voyage au pays des poèmes…” Je chante. On joue. Je cherche quelqu’un à qui m’adresser dans le public, je ne trouve personne. Pas grave.

Tout passe vite lors d’un tremplin. A peine le temps d’apercevoir quelques visages dans la salle que c’est déjà terminé. Un poil frustrant. Nous nous retirons rapidement pour laisser la place aux candidats suivants. Puis il me semble que quelques instants après nous voilà déjà rassemblés dans le Hall. Tout le monde est passé devant le jury. C’est l’annonce des résultats. Tout passe vite lors d’un tremplin… Ou bien lentement. A l’image de ce moment fébrile qui traîne en longueur alors que nous attendons impatiemment que notre nom soit cité…

Nous partîmes 23; mais par un prompt tri

Nous nous vîmes 17 arrivant en demi.

On en faisait partie. J’avoue ressentir un soulagement. Des visages déçus traînassent dans les couloirs et remballent leurs matos. J’aime pas trop ça. Est-ce que je donnerai ma place ? Non… L’humain est complexe.

La demi-finale aura donc lieu le soir même. Retour au QG. Les discussions vont bon train. “De toutes façons, on a gagné si on passe en finale.” C’était en effet l’objectif que nous nous étions fixé en venant à Tarbes. C’était cela qu’il nous fallait réussir. Nous passerons en 8ème position sur 17 lors de cette demi-finale. Pas mal comme position. L’attente ne sera pas trop longue. Le stress ne nous envahira pas trop longtemps. Clarisse est contente, Marty raconte des blagues débiles, tout va bien.

J’ai une équipe géniale. Les heures passent et je ne me lasse pas de constater à quel point les deux personnes qui m’accompagnent sont bourrées de talent et de générosité. Ok je l’ai déjà dit. Mais je me suis répété cela si souvent pendant ces 2 jours que je me dois d’insister. Je me sens privilégiée. En confiance. Soutenue. La douleur dans ma gorge devient un problème de riche… Je décide de la garder autant que possible pour moi et de souffrir en silence.

[gn_divider top= »0″]

De retour sur scène pour la seconde fois pour quelques minutes de plaisir. Nous proposons fièrement notre travail. « Madame Conscience ». Nous avons donné de belles choses. On se prend à croire qu’elles ont été reçues. Clarisse me dit qu’on a fait une belle prestation et qu’on a pas de regret à avoir quel que soit le résultat. J’ai confiance en elle. Martial, lui destresse un peu. Il faut dire qu’avec son matos, sampleur, pédales, amplis, il prend des risques. Mais c’est le prix à payer pour avoir un son bien à lui, bien à nous. Tout s’est bien passé Marty, t’es le meilleur ;-).

De nouveau l’annonce des résultats. Qui sera qualifié pour la finale ? Les noms des finalistes retenus défilent par ordre alphabétique. Chance. Chloé commence par un C. C’est en deuxième que mon nom est cité. Nous vivrons donc ce tremplin jusqu’au bout. Clarisse et Marty assis à côté de moi ont l’air émus. On se congratule en s’embrassant. Moi aussi je suis émue à vrai dire. Ce microcosome, hors du temps, hors du monde, comme si à cet instant précis tout ce qui comptait, c’était d’être en finale. Drôle d’humains. J’avoue avoir dans la tête un air débile de 98 “on est en finale, on est en finale, on est, on est, on est en finale… “ C’est un peu con j’en conviens… Encore une fois, n’en tirez aucune conclusion particulière.

Nous partîmes 17; mais par un prompt récital

Nous nous vîmes juste 10 arrivant en finale.

La pression retombe mais le moment est grave. Je pense aux candidats qui n’ont pas été retenus. Pierre Donoré avec qui j’ai apprécié discuter dans l’après-midi, je suis déçue pour lui. Pierrot Panse et la gentillesse de son équipe. La générosité et l’ouverture des artistes que nous avons rencontrés lors de ce tremplin me fait chaud au coeur. Je me dis qu’eux aussi ont engagé des frais importants pour descendre à Tarbes. Le train, l’hotel, la bouffe… Ce sont des centaines d’euros investis pour avoir tenté quelque chose. Eux aussi ont des couilles. Vous me pardonnerez l’expression. J’apprécie les artistes qui n’attendent pas le coup de téléphone divin en se morfondant dans des discours sur la crise du disque et le téléchargement illégal… Respect les gens. On se reverra.

Mes compères et moi-même avons atteint notre objectif. Etre en finale. Bénéficer des captations vidéos et son réalisées par le Tremplin afin que les artistes finalistes puissent s’en servir pour leur promotion personnelle. Enfin des gens qui ont compris les enjeux auxquels nous sommes confrontés. Communiquer, être soutenus, avoir de la matière, se servir d’internet et de la puissance des images… Encore faut-il en avoir. Merci à Christian Garcia, Corinne et tout ceux qui ont conçu, pensé et organisé ce tremplin afin qu’il soit bénéfique pour un maximum d’entre nous…

Nous rentrons à l’hotel dormir du sommeil du juste. Maintenant tout n’est que Bonus. Je me prends à rêver d’avoir le prix de la musique. C’est vrai. Notre équipe assure. C’est original. Nous avons travaillé les arrangements, les structures… Je m’endors trop vite pour aller au bout de mes analyses. Plus on en a, plus on en veut…

Le lendemain, nous sommes de retour au Théâtre pour les balances et la préparation de la finale. Techniquement rien n’était simple pour les ingés son, je le reconnais. La tension était palpable de leur côté aussi. Les problèmes s’accumulent à mesure que les groupes se succèdent… Dommage que nous ressortions de ce moment remplis d’energie négative. Le stress et l’envie de bien faire chez tout le monde aura eu raison de notre enthousiasme. Pas facile de tout réussir. Mais il nous reste quelques heures pour retrouver de bonnes vibes. On devrait y arriver…

[gn_divider top= »0″]

20 H 30. 400 personnes remplissent ce beau théâtre pour vivre cette finale. 400 personnes que la musique intéresse. 400 personnes curieuses de découvrir des artistes confirmés ou en développement. 400 personnes qui font que la musique vivante ne se meurt pas. Eux aussi s’engagent… à travers leur amour pour la musique, à travers leur présence ce soir. Je voudrais leur dire, me servir de cette scène comme d’une tribune pour faire passer un message: C’est tous ensemble que nous défendrons la diversité de l’offre musicale, c’est tous ensemble que nous défendrons l’avenir de la musique, vous, organisateurs de tremplin, partenaires, jury, artistes, public. Si nous mutualisons nos forces, la musique vivra. Je me dis cependant que ça n’est pas le moment de l’ouvrir et qu’il faudrait déjà que j’arrive à chanter nos morceaux. Je crois que j’ai raison.

L’heure est venue pour nous de monter sur scène pour la dernière fois. On s’est dit qu’il fallait qu’on se fasse plaisir. « Madame Conscience » & « Borderline ». Quoi qu’il arrive. J’ai envie de tousser et de cracher pour éviter un déglutissement qui m’arracherait la gorge. Je me dis qu’une blonde qui crache sur scène, ça craint. Et que ça ne va pas avec mes textes. Encore une fois j’ai raison. Je ne le fais pas. Résultat, la salive m’envahissant j’ai du mal à finir les morceaux. Clarisse, elle, a son accordéon qui tangue parce qu’elle s’est mise debout. Martial est trop fort dans les retours. On tente de sauver les meubles. Bref. Mauvaise sensation. Prestation moyenne. Quid du choix des morceaux ? A la clope-débrief qui suit notre passage, l’ambiance est mitigée. Ceci étant dit, ce qui est fait est fait. Les dés sont jetés. Et je m’empresse de rappeler à tout le monde qu’on a déjà gagné (puisque qu’on a atteint notre objectif). J’avoue que secrètement, je me chuchote qu’il y a quand même une petite chance pour le Prix de la musique… Sur un malentendu, ils peuvent peut-être juger sur les 3 passages…

Congratulation générale des artistes finalstes sur le trottoir devant le théâtre encouragée par l’excitation de la remise des prix qui approche. J’aime beaucoup ce que tu fais ! c’était super ! bravo ! Je ne prend pas le temps de faire le tri entre les réactions sincères et celles plus formelles. Une forme de fatigue m’envahit. Marty a l’air en forme. Clarisse un peu tendue. Pour passer le temps, on chante des chansons… Ce qui étonne quelque peu des gars dans une voiture arrêtée au feu rouge devant nous. “C’est quoi comme soirée ?” demandera l’un deux. Les Pics d’Or tu connais pas ? Il redémarrera en nous adressant un regard suscpect…

L’heure de la remise des prix sonne… Je ne suis pas tranquille. Je n’ai pas envie de monter sur scène. Ça tombe bien, nous ne sommes pas primés 😉 On passera donc à côté du prix de la Musique. Nous saurons un peu plus tard qu’il aura fait l’objet de discussion…

[gn_divider top= »0″]

Pic d’Or 2012 Scotch & Sofa, ça groove. Big Up.

Pic d’argent Tomislav Quand j’ai vu l’émotion que tu as eu, toi qui a été recalé 2 années consécutives à l’étape des séléctions. Tu le mérites ! Tes presque larmes d’émotion et ton travail le prouvent.

Prix du Texte & du Public Govrache Bonne stratégie de parler aux profs, t’es sûr qu’il y en a plein dans la salle ah ah ! Je plaisante. T’écris vachement bien, mec, je te souhaite une belle route, voyageur.

Prix de la Musique  Emilie Marsh Mes félicitations (quand –même) ! ☺

Prix de l’interprétation Rodrigue ( et ses nanas 😉 ) Chouette premier morceau. Ton large sourire à la remise de ce prix m’a concquise. C’est cool de voir les gens heureux.

Nous partîmes 10 artistes; mais par une prompte finale

Ils furent 5 d’entre nous à toucher le graal…

Finaliste des Pics d’Or 2012. Voilà ce qu’il faudra retenir. Je ne regrette rien. Certes, un prix aurait bien remboursé les 600 Euros de frais qui ont été engagés dans cette aventure…

Mais voyons plutôt ce que nous avons gagné. Une aventure partagée, des rencontres avec des gens exceptionnels, une première expérience en Trio (musical je précise pour les mauvais interprétateurs…), des sourires, des fou-rires, des émotions, des sentiments, une captation vidéo, un jury et des retours de qualité, des bénévoles géniaux comme Michèle, Christian et tous les autres dont je ne connais pas le nom, qui étaient attentifs et prêt à tout pour que nous nous sentions à notre aise. Ils se reconnaîtront.

Ce que je retiendrai ? c’est un moment de partage. Ce genre d’événement qui vous donne envie de continuer à vous battre, travailler, avancer, y croire, ne pas renoncer. Merci à tous d’avoir permis cela. Il me Tarbes de revenir chez vous un jour.

 

[facebook]

 

[gn_divider top= »0″]

Crédit Photos fond d’écran & ci-dessous : Nöt Pixbynot

[gn_divider top= »0″]

 

[nggallery id=14]

 

Madame Conscience – Prestation finale… Un peu brouillone ? nous en convenons…

Recommended Posts
Showing 2 comments
  • Michèle
    Répondre

    Comme c’est intéressant d’avoir le point de vu d’une artiste sur la manifestation! c’est bien vu , profond sensible et touchant . Je ne suis plus au Pic d’Or pour différentes raisons mais j’aime beaucoup les artistes et je me souviens très bien de toi , de Clarisse et de Martial et de nos discussions avant la finale.
    Quel magnifique texte! J’espère que tu pourras venir et j’espère être disponible pour venir vous voir et vous écouter et partager de belles émotions. Je vous embrasse et à l’année prochaine!!

    • Chloé Laum
      Répondre

      Merci mille fois Michèle pour votre réaction, je serai ravie de vous revoir.. D’ici là, je vous souhaite un bel hiver en chansons 😉
      A l’année prochaine !

Exprimez-vous