Presse – chronique disque – Babelmed – Nadia khouri-Dagher

chronique méditerranéenne

“De part et d’autre du quarantième parallèle Nord, entre les longitudes 10°W et 50°E une légende raconte qu’il est des terres où hommes et femmes, depuis que le monde est monde, ont trouvé en musique la manière de rendre les émotions éternelles. Là-bas, on murmure que les sentiments ne meurent jamais. On dit qu’ils se glissent dans les accords de guitare, dans les bois des instruments, dans les harmonies des cordes, et qu’ils voyagent ainsi depuis toujours, sans jamais faire silence…”: c’est ainsi que Chloé Laum, qui a “le nord dans le coeur/le sud dans le ventre”, présente son premier album, dédié à la Méditerranée, dont la première plage du disque nous offre le bruit des vagues…

Chloé Laum n’est pas une chanteuse: c’est une poétesse, et elle se revendique de l’héritage d’Aragon, Ferré, Brel, une certaine tradition de la chanson française où les mots étaient aussi au service de combats, ou du moins de messages… Ecoutez-là, dans “A mes aînés:”

Vous avez chanté vos combats et vos maîtres à penser

Cru pouvoir changer les débats et vous mettre à rêver

Vous avez chanté pour ceux d’en bas, les délaissés

Chanté Aragon, Neruda, et je vous ai écoutés.

Moi, je voudrais reculer dans le temps

Avoir vingt ans à vos côtés

Juste pour oublier que vous avez dû être tristes

Et que moi je suis déjà déjà désabusée. »

On l’aura compris : pas de facilités ici, mais des textes forts, chanson que l’on pourra appeler « engagée » même si le mot est devenu démodé ici en Occident, tout comme les utopies dont ce vocable était chargé, depuis que le libéralisme semble avoir anesthésié tous les désirs de changement… Ecoutez à ce propos “Genèse”, où Chloé Laum dresse un réquisitoire contre le capitalisme et le désordre qu’il a engendré:

« Moi, on me traitera toujours de gaucho

Sans solution, le cul bien au chaud

Moi qui attend toujours le “Mais si on reprenait tout à zéro?”

Des mélodies orientalisantes ou une guitare espagnole pour honorer la Méditerranée, un violoncelle classique quand le propos se fait plus grave, Chloé Laum ose aller sur des chemins où peu de jeunes artistes se risquent, car c’est désormais l’audimat et la facilité qui guident les programmateurs de radio. Mais ceux qui sont restés fidèles à Brel, Ferré, Aragon, et Neruda, apprécieront la naissance d’une nouvelle jeune étoile dans le firmament des chanteurs-poètes qui rêvent d’un monde meilleur…

Nadia khouri-Dagher – Babelmed

Lire l’article sur Babelmed.net
Recommended Posts

Exprimez-vous